21 JAN > 8 AVR 2016

EXPOSITION COLLECTIVE

9 REGARDS # PORTRAITS DE SÉTOIS

© Richard Dumas
© Richard Dumas

AVEC : ANDERS PETERSEN, BERTRAND MEUNIER, JULIANA BEASLEY, JUAN MANUEL CASTRO PRIETO, CHRISTOPHER ANDERSON, CÉDRIC GERBEHAYE, RICHARD DUMAS, BIEKE DEPOORTER ET NICOLAS WORMULL.


Nous préparons actuellement la publication du dixième livre de notre collection Sète #. Les photographes qui nous ont fait le plaisir de participer à cette aventure qu’est la résidence annuelle pour ImageSingulières ont tous amené un point de vue différent sur la ville. Des paysages urbains, bien sûr, des ambiances et beaucoup de portraits, résultats de rencontres improvisées ou non entre nos invités et les amis sétois. Ce sont ces images là que nous nous sommes décidés à extraire du corpus créé depuis ces quelques années pour un « portrait » particulier des Sétois et par là-même de Sète.

Le portrait n’est pas un sous-genre de la photographie, il est même un des usages sociaux majeurs de celle-ci… Et il faut souvent voir le portrait en photographie comme un pacte qui aurait été signé de manière non formelle entre deux parties, le photographe qui cherche à imposer une (son) esthétique et le modèle qui peut être tenté de défendre une image narcissique de lui-même. C’est une forme de combat durant lequel chacun veut imposer sa loi. L’essentiel réside dans la tension qui s’installe entre les deux acteurs de cette pièce particulière, le moment d’avant est souvent primordial… C’est là que tout se décide. Le photographe doit convaincre son partenaire du moment de donner une partie de lui-même et de s’impliquer complètement dans la fabrication de sa propre représentation et ça n’est pas si simple.
Dans la collection constituée avec l’aide de nos résidents il y a, semble-t-il, de quoi voir la ville sous l’angle de ses habitants. Il y a une diversité sociologique suffisante pour imaginer ce qui fait le particularisme de cette ville si singulière. Il y a aussi parfois la même personne vue sous le prisme de deux photographes aux styles et approches opposées. De quoi nous réjouir également des ressources de la photographie qui accepte toutes les formes et que chaque image nouvelle réinvente.
Cela nous encourage à continuer à inviter des auteurs du bout du monde, comme Anne Rearick cette année, venue de Gloucester, une petite ville du Massachusetts, mais aussi un port, comme Sète qu’elle a tenté de dompter au fil de ses rencontres…

- Gilles Favier, commissaire de l'exposition

TÉLÉCHARGEMENTS