22 OCT > 3 DÉC 2011

RÉTROSPECTIVE

LES EXPOSITIONS DE CéTàVOIR

© Gilles Favier
© Gilles Favier

Sélection des expositions produites par CéTàVOIR, réalisées dans le cadre de commandes, par des photographes professionnels. Depuis sa création, l’association favorise la création photographique notamment par la production et la diffusion d’expositions.

“Laisse-moi, passé”, exposition réalisée par Anders Petersen, Gilles Favier et Antoine d’Agata.

COMMANDE DE LA VILLE DE SAINT-ÉTIENNE POUR LES «TRANSURBAINES»
BIENNALE DE LA VILLE (2005).
Trois regards. Croisés, mais pas forcément. Pour un portrait décalé (décapant) d’une ville en mouvement. Trois photographes lâchés dans la ville de Saint-Étienne. Loin des clichés mais (si) proche des gens. Les nuits suédoises sont plus longues que les nôtres. Anders Petersen, dans la ligne droite de son travail actuel sur la solitude et l’intime, nous le rappelle en écumant les ruelles à la recherche du dernier bar ouvert ou plutôt du dernier client à photographier. Un monstre d’énergie positive et un plaisir non dissimulé à chaque rencontre. Pendant ce temps, Antoine d’Agata était à l’usine. Lui qui a voulu se frotter à “la banalité du travail” nous offre une série de portraits de dos, de trois-quarts, des silhouettes mais peu de rencontres frontales de travailleurs. Un univers à contre emploi, en couleur, loin de ces précédentes dérives nocturnes. Et Gilles Favier, soucieux peut-être de revivre quelques lointaines émotions d’enfance stéphanoise de soir de foot et des fascinantes rues noires du charbon de mine, est aussi parti à la rencontre des habitants de cette ville. Et, portrait après portrait, la ville s’est ouverte, pas glamour mais si chaleureuse, si attachante.

 

“Envie de la vie”

COMMANDE DE L’UNION NATIONALE POUR LA PRÉVENTION DU SUICIDE POUR LA PRÉVENTION DU SUICIDE AU CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL, À PARIS (2006).
Nous avons parfois du mal à exprimer notre mal-être… La dépression nous isole souvent et communiquer devient impossible. Cette exposition, tout en préservant l’anonymat des « photographiés » permet d’envoyer nos messages aux autres, de les forcer à nous porter une attention plus aigue, à nous aider à surmonter nos passages à vide. Cette exposition circule régulièrement, elle a été présentée à Montpellier dans un supermarché Netto de septembre 2006 à janvier 2007, et à Frontignan en juillet 2006 dans le cadre des Rencontres autour du Festival de Thau.

 

“Photographies de joutes”, 5 regards sur les joutes languedociennes. 

COMMANDE DE LA VILLE DE SÈTE À L’OCCASION DES FÊTES DE LA SAINT-LOUIS (2007).

Nous avons sélectionné deux photographes parmi les cinq regards à l’origine de cette exposition. Pierre Nocca, Gauthier Fleuri, Jean Brunelin, Gilles Favier et Jean-Loup Brunelin portent un regard singulier sur l’univers des joutes à Sète. Sétois d’origine ou d’adoption, ils ont en commun leur attachement à l’île singulière, à ses traditions et tout particulièrement aux joutes languedociennes. Cinq regards pour cinq représentations originales de l’univers populaire et viril des chevaliers de la tintaine.

 

“House of happiness” de Rena Effendi

EXPOSITION PRÉSENTÉE LORS DU FESTIVAL IMAGESINGULIÈRES 2009.
Rena Effendi vient de Bakou (Azerbaïdjan). Tout d’abord peintre, puis photographe depuis 2001, elle défend ardemment la cause du documentaire social en s’intéressant à l’urbanisation, à la corruption, mais aussi aux conséquences écologiques de l’industrie pétrolière dans son pays. Pendant près de six années, de la Géorgie à la Turquie, elle a suivi le tracé d’un pipe-line. « House of Happiness », la série qu’elle nous propose est tirée de ce travail : une vallée du Kirghizstan où les femmes musulmanes luttent, à leur façon, contre l’ostracisme et la pauvreté, sur fond de décor post-soviétique. Ces images fortes révèlent, derrière le kitsch, toute l’âpreté de la vie de ces femmes, pour lesquelles la réalité est bien souvent cruelle. Exposée dans plusieurs pays, elle a été nommée artiste de l’année 2004 en Azerbaïdjan.

 

ET AUSSI

“Sète, port singulier-pluriel”, exposition du travail réalisé lors d’ateliers de sensibilisation par le photographe Gilles Favier dans le quartier de l’île de Thau à Sète.

“On est presque une île” et “Terrain vague”, expositions réalisées dans le cadre d’ateliers sténopé menés avec les jeunes du quartier de l’île de Thau à Sète et le collectif Pinhole Project (2008 et 2010).

“Mon Kartier est en Europe”, exposition de photographies réalisées par et avec les jeunes du quartier de l’île de Thau et le photographe Gilles Favier (2008).

“Roman-photo”, exposition d’ateliers réalisés avec des jeunes de Frontignan et de Sète (2011).

TÉLÉCHARGEMENTS