19 SEPT > 1er DEC 2012

EXPOSITION COLLECTIVE

PORTRAITS

© Michael Luppi
© Michael Luppi

En vogue dès les premières décennies de la photographique et pratiqué très tôt sous toutes ses formes – posé, en mouvement ou encore de groupe – le portrait répondait souvent à un temps social : naissance, mariage, décès ou alors à un désir de marquer sa classe sociale. Nadar par exemple avait habitude d’immortaliser les bourgeois du XIXe siècle moyennant finances. Il en tira un savoureux petit livre Quand j’étais photographe, où il décrit par le menu et avec humour ceux qui passèrent devant son appareil.

Pour cette exposition de rentrée, le portrait ne nous intéresse pas seulement comme une image qui dirait tout de celui ou de celle qu’il représente. Car il y a souvent davantage de questions dans tous ces portraits, ces visages, ces corps offerts, ces attitudes, que de réponses…
Les jeunes photographes que nous montrons ici, nous réjouissent dans leurs approches si différentes, si osées parfois et parfaitement maitrisées au plan de la technique (calotype, sténopé, chambre…) comme si après tant d’années il était toujours possible de (se) renouveler dans ce genre si particulier du portrait. Et, où le sourire n’est pas si obligatoire contrairement à ce que voudraient nous faire croire « ces appareils qui refusent de déclencher » si le sujet ne sourit pas !
L’exercice du portrait c’est aussi une rencontre. Entre un photographe et son modèle. Une lutte d’influence. Le photographe cherche à obtenir dans cette drôle de confrontation le maximum de son sujet qui, quant à lui, souvent, mais pas toujours, freine les ambitions de celui qui le regarde et veut parfois contrôler son image.

Tous les photographes exposés ont été étudiants de l’atelier animé par Pierre Barbot, dans le cadre de la troisième année de l’ETPA, école de photographie de Toulouse.

Exposition réalisée en collaboration avec :

TÉLÉCHARGEMENTS